jeudi 18 janvier 2018

Devenez ouvrier qualifié en viticulture

Le CFPPA des Pays d’Aude vous propose sur son site de Narbonne de préparer le diplôme du CAPA métiers de l’agriculture spécialité viticulture en formation continue du 15 janvier au 3 octobre 2018 pour lequel il reste encore quelques places.


Le CAPA Métiers de l'Agriculture spécialité viticulture est une formation complète pour acquérir en 8 mois toutes les compétences nécessaires au bon développement de la vigne et à l’élaboration du vin dans l’objectif d’accéder au métier d’ouvrier qualifié de la viticulture.

En centre, vous allez acquérir les connaissances théoriques concernant les stades de développement de la vigne et les opérat
ions culturales essentielles de l’implantation du vignoble à la vendange en passant par les divers styles de taille.

Les nombreux cours pratiques ainsi que les 10 semaines de stages en entreprise vous permettront d’assimiler et de perfectionner les gestes techniques et de gagner ainsi en efficacité en vue d’une insertion professionnelle rapide dans un secteur particulièrement dynamique dans l’Aude.

Vous êtes intéressé(e) ? Contactez vite Trinidad ILLAN au 04.68.41.36.39.

mardi 16 janvier 2018

Jean RAMADE, le pionnier du CFPPA

Au commencement, il y eut des locaux retapés à la hâte et en collectif pour donner le jour au centre de formation agricole du Quatourze, des actions de formation pour les futurs viticulteurs et un homme pour lier le tout et rendre réel un projet dont nous fêtons cette année les cinquante ans. Jean RAMADE est notre premier témoin pour cet anniversaire, un témoin de choix, à la fois acteur et fin connaisseur de l'histoire locale de la viticulture.


Il a aujourd'hui plus de 80 ans et sa mémoire reste intacte pour raconter les idées et les actions qui ont préludé à la naissance du CFPPA du Quatourze, partie intégrante aujourd'hui du CFPPA des Pays d'Aude. Les premières actions de formation se font dans les combles d'une maison bourgeoise aux Barques. Elles se créent en complément des activités du laboratoire d'analyse des sols pour apprendre et mieux comprendre où et comment planter les vignes. Une parcelle de 5 hectares est également utilisée sur des terrains où se trouve désormais le centre commercial Bonne Source. Très rapidement, la mairie met à disposition des locaux sur le site actuel de Pierre Reverdy. Ce sont des anciennes écuries qu'il faut retaper pour leur donner une allure de salles de cours. Les stagiaires mettent la main à la pâte, aident les employés de la mairie, se transforment en maçons et en peintres pour l'occasion. Ils viennent là pour se former à leur métier de viticulteur puis dès 1974 suivre un stage « 200 heures » pour obtenir la capacité agricole et les aides qui en découlent.

Le CFPPA est créé dans la mouvance de la rénovation de l'enseignement agricole mise en œuvre au début des années 60 par Edgard Pisani. La formation des agriculteurs est alors un enjeu majeur pour moderniser l'agriculture française, la mettre à niveau de celle des autres pays européens et améliorer l'indépendance alimentaire du pays. Dès le départ, le CFPPA accompagnera les évolutions et elles sont nombreuses depuis cinquante ans. Jean Ramade ne manque pas d'idées pour « valoriser le travail de la vigne au pays de la vigne ». Il lance ou contribue à des expérimentations variées. La première crise de l'énergie en 1973 montre déjà les signes de l'épuisement des énergies fossiles. Une expérience de méthanisation est menée à partir de sarments broyés. Des locaux sont chauffés avec ce méthane. Un ingénieur rapatrié d'Algérie est venu lui prêter main forte sur ce projet qui trouvera trop peu d'échos dans les pratiques de la viticulture locale.

L'innovation est de mise aussi en pédagogie. Les stagiaires mènent une étude en collectif sur un territoire donné, soutiennent un projet à la fin de leur stage auprès d'un jury composé d'élus locaux, de formateurs, de responsables de la cave coopérative et autres acteurs économiques et politiques. L'objectif est alors d'explorer le projet dans toutes ses dimensions, celle du territoire, de l'étude de milieu, de l'oenotourisme, de l'agronomie. Certains projets se concrétisent comme celui adopté à Roquebrun de création d'un jardin méditerranéen et de plantation de vignes sur les coteaux escarpés. Au quotidien, le centre se gère sur des exigences qui semblent ne pas avoir changé, celles de trouver l'équilibre financier, de remplir les formations tout en veillant à la réussite des stagiaires et à la qualité du recrutement.

Jean Ramade quitte le CFPPA avant que le centre Pierre Reverdy ne soit officiellement créé. Il aura par la suite dirigé le centre de formation agricole de Béziers, géré la coopérative de l'Oulibo et d'autres activités encore toujours liées à l'agriculture. Désormais revenu à Argeliers, sa terre natale, il relie sans se lasser les questions vives actuelles de la viticulture locale comme la gestion de l'eau, l'impératif de diversification, les compétences à enrichir sans cesse du métier de vigneron, aux interrogations qui ont nourri son histoire. Les anciens stagiaires du CFPPA, ceux dont les noms sont inscrits dans les carnets conservés précieusement dans nos locaux, se souviennent quant à eux d'un pionnier passionné fondateur d'un lieu où plusieurs générations de vignerons sont venus se former.

lundi 15 janvier 2018

2018 : un grand cru !

Pour le CFPPA des Pays d'Aude à Narbonne, 2018 s'annonce une année empreinte de festivités et de convivialité.

Au programme les 25 ans du Centre Pierre Reverdy  mais aussi les 50 ans du CFPPA, une date qui fait échos avec la commémoration de la disparition de Martin Luther King qui a donné en 2005 son nom au Lycée Professionnel Agricole.


Pour fêter cet événement comme il se doit c'est tout l'EPLEFPA de Carcassonne qui se mobilise pour préparer 3 jours de réjouissances et de découvertes sur la thématique vivre et travailler ensemble en Narbonnais, ce territoire marqué depuis tous temps par la viticulture.

A cet occasion, le CFPPA des Pays d'Aude souhaite revenir sur les temps forts et les thématiques qui ont fait de notre Centre de Formation Agricole ce qu'il est aujourd'hui.
En attendant le printemps, nous vous proposons de feuilleter les mémoires du CFPPA du Quartouze que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre !


Si vous avez fréquenté les bancs du CFPPA du Quartouze ou ceux du Centre Pierre Reverdy, vous êtes cordialement invités à vous prêter aussi au jeu en partageant votre expérience et vos anecdotes par le biais de ce petit questionnaire

Merci d'avance !

Pour plus d'information sur ce double anniversaire, retrouvez ici le programme de la manifestation.




mercredi 18 octobre 2017

40eme foire d'Espezel : focus sur l'installation agricole

Les samedi 21 et dimanche 22 octobre 2017 aura lieu la 40eme foire départementale de l'élevage à Espezel. A cette occasion, la Chambre d'Agriculture de l'Aude souhaite mettre en lumière les métiers de l'agriculture et plus particulièrement l'installation agricole dans les zones de montagne. 


Dans le cadre de son partenariat avec la Chambre d'Agriculture Audoise, le CFPPA des Pays d'Aude sera présent à la Foire d'Espezel en particulier pour témoigner sur le volet formation et accompagnement à l'installation lors de la table ronde qui se déroulera le samedi matin à 10h.

En effet, depuis plus de 20 ans, le CFPPA des Pays d'Aude propose des formations pour aider les futurs agriculteurs a concrétiser leur projet d'installation. Avec le BPREA toutes filières, le centre de formation continue pour adultes forme chaque année des chefs d'exploitation mais aussi des salariés agricoles qualifiés.

En lien étroit avec la Chambre d'Agriculture, nous œuvrons pour la pérennité des entreprises agricoles en accompagnant les porteurs de projets tout au long de leur parcours d'installation. Alliant leurs connaissances pratiques, techniques et réglementaires, nos formateurs et les conseillers consulaires conduisent de concert les Plans Personnels de Professionnalisation (PPP) et les guident dans leurs démarches jusqu’à leur installation voire l'obtention de la Dotation Jeune Agriculteur (DJA).

Toujours dans l'optique de soutenir au mieux les futurs exploitants agricoles, le CFPPA des Pays d'Aude propose des formations ciblées comme « Construire, chiffrer et évaluer la faisabilité de son projet en agriculture » qui aide les candidats à définir précisément leur business plan pour faciliter le pilotage de l’entreprise agricole dans une perspective de durabilité.

Le stage 21h, obligatoire pour obtenir la DJA proposé aussi bien sur notre site de Narbonne que sur
celui de Carcassonne permet aux agriculteurs en herbe de mieux connaître l'environnement juridique et réglementaire dans lequel ils vont évoluer.

Outre nos formations diplômantes dans toutes les filières pour accéder aux nombreux métiers de l'agriculture, le CFPPA des Pays d'Aude propose aussi des formations courtes en direction des agriculteurs déjà installés et de leurs salariés . Ces formations courtes de quelques jours permettent de monter en compétences dans des domaines très variés allant de l'agroéquipement jusqu’à la comptabilité en passant par l' agroécologie ou le webmarketing.

Enfin, dans le souci de toujours mieux répondre aux problématiques du territoire et des professionnels, nous développons des formations mixtes digitales. Les périodes en centre sont réduites et dévolues à la pratique, l'acquisition des connaissances théoriques se fait via internet et au rythme de l'apprenant.

vendredi 13 octobre 2017

Une cave particulière pour le lycée Charlemagne

Mardi 3 octobre 2017, le CFPPA des Pays d'Aude et tout l'EPLEFPA de Carcassonne étaient fier d'accueillir de prestigieux invités pour inaugurer ses nouveaux locaux. En effet, grâce aux subventions du conseil Régional, le lycée Charlemagne s'est doté de nouveaux ateliers mais aussi d'une cave pédagogique et d'un caveau. De nouveaux outils de formation technique sur mesures pour apprendre à produire autrement.

En fin d'après midi M. LABARTHE vice-président du Conseil Régional d'Occitanie, M. SINTES adjoint au chef de service de la DRAAF et M. ROUX, président de Coop de France et du Conseil d’Administration de l'EPLEFPA de Carcassonne ont pris le chemin des vignes du lycée Charlemagne aux côtés de la nouvelle directrice de l'EPL Mme HUET pour inaugurer les nouveaux locaux du lycée Charlemagne.


Des nouveaux locaux hight-tech pour apprendre à produire autrement

La visite commença par les nouveaux ateliers de l'établissement. Un véritable lieu d'apprentissage pour nos stagiaires qui y apprennent les gestes nécessaires à l'entretien de l'agroéquipement mais aussi se forment à la création d'outils sur mesure selon les besoins spécifiques des exploitations agricoles. Car de bonnes conditions de travail sont primordiales pour allier efficacité et bien-être, on y trouve aussi une nouvelle salle de pause pour le personnel technique de l'établissement.
Le point d'orgue de cette cérémonie était évidemment la toute nouvelle cave avec ses cuves de vinification éclatantes et ses laboratoires d’œnologie. Un écrin haute technologie pour le superbe caveau de dégustation où les apprenants pourront mettre en valeur les productions du lycée Charlemagne.

La directrice de l'EPLEFPA de Carcassonne Myriam HUET s'est félicitée de l'ouverture de notre nouvelle cave et de l'opportunité d'améliorer la qualité des productions viticoles du lycée et du même coup son prestige.
Jusqu'ici les récoltes issues des 23 hectares de vigne de Charlemagne étaient traitées à Cavanac par la cave coopérative des vignerons de Carsac. Cette année, pour la première fois, nos élèves vont pouvoir conduire la vinification des crus de Charlemagne à domicile sur une partie de la production. 
 
Véritable support d'apprentissage pour tous les apprenants accueillis au sein de l’établissement la cave pédagogique va permettre à chacun de se former aux aspects pratiques de la vendange jusqu'à la mise en bouteille. De petites cuves permettront de réaliser des expérimentations en vue d'innover et d'améliorer sans cesse les vins de notre Domaine de Cazaban.
Les apprenants auront dorénavant l'occasion de travailler sur des équipements modernes afin de leur garantir une formation complète prenant en compte les évolutions techniques.



Pour M. LABARTHE successeur d'Henry GARINO à la vice présidence de la Région, cet investissement financier n'est autre que la concrétisation des valeurs qui animent le Conseil de Région d'Occitanie.  La jeunesse représente la force vive de l'agriculture de demain. Elle doit être formée à l'innovation technologique mais aussi aux nouvelles pratiques agroécologiques. 
 
A l'instar de M. Ludovic ROUX, tous constatent un vieillissement de la profession et une difficulté croissante à renouveler les acteurs de la viticulture audoise. Comme l'a rappelé M. SINTES, plus de 80 % des diplômés de l'Enseignement Agricole trouvent un travail dans les 3 mois suivant l'obtention du diplôme. Une évidence lorsque l'on sait que l'enseignement agricole est profondément lié au monde professionnel. A l'image du CFPPA des Pays d'Aude, la formation agricole est un terreau fertile d'innovation travaillant sans cesse à répondre aux enjeux sociétaux et territoriaux notamment vers la construction de nouveaux modèles de production toujours plus respectueux de l'environnement. 
 
Grâce au caveau attenant à la cave, les apprenants pourront apprendre à mieux communiquer sur leurs produits, à les valoriser et à les commercialiser.
Pour terminer cette belle cérémonie, les visiteurs et les personnels de l'établissement se sont réunis au caveau autour d'un délicieux buffet concocté par les cuisines du lycée et accompagné des vins du lycée. Une occasion pour nos stagiaires du CAP fleuriste de créer quelques compositions florales pour égayer les tables.


jeudi 14 septembre 2017

Les BP AP à la découverte des "Jardins remarquables"



 « Le bout du monde et le fond du jardin contiennent la même quantité de merveilles »  

Christian BOBIN.

 

Cette citation résume très bien les trois jours de visites de parcs et jardins labellisés « Jardin remarquable » qu’ont pu découvrir les stagiaires du BP Aménagements Paysagers de Narbonne au fil des routes de la Région Provence Alpes Cote d’Azur accompagnés par Gaétan BELLES et Laure DEVERNOIS 

 


Un retour aux sources du jardin

 

Premier arrêt à La Valette-du-Var pour la visite du jardin remarquable de Baudouvin. Le bonheur est au jardin… Il aura fallu des années de labeur pour faire renaître le jardin de Baudouvin. Aujourd’hui, les trois hectares nichés sous le Coudon respirent à l’unisson de la nature et du bon temps retrouvé. Dans la grande tradition des jardins provençaux, Baudouvin renoue avec les variétés anciennes, les parterres soigneusement agencés et les chemins d’eau chantants. Tradition, modernité et respect environnemental cultivent ici, et ensemble, la bonne terre valettoise (Labels : jardin remarquable, victoire du paysage 2010). Au gré des longues allées ombragées, des mares et étangs, on découvre un potager à l’ancienne, des vergers et des multitudes d’espèces végétales, notamment des citronniers en tout genre !

Puis direction Hyères pour découvrir le parc St Bernard situé sur les hauteurs de la ville médiévale, au pied de la Villa Noailles. Ce jardin en terrasses offre une vue panoramique sur la presqu'île, la rade et les îles d'Or. Le Vicomte de Noailles, mécène mais aussi botaniste passionné, a conçu ce jardin avec des essences exotiques et méditerranéennes. On y découvre aussi le jardin triangulaire de Guevrekian avec son concept cubiste et particulier !






Visites des jardins méditerranéens


Changement de décor pour le deuxième jour au domaine du Rayol propriété atypique du Conservatoire du littoral à Rayol-Canadel-sur-Mer http://www.domainedurayol.org/ qui nous a proposé un voyage à travers des paysages s’inspirant des régions du monde de climat méditerranéen. Ces régions sont : le bassin méditerranéen, les Canaries, la Californie, l’Australie, l’Afrique du Sud, le Chili. Au démarrage du projet, Gilles Clément, son concepteur, propose d’accentuer l’évocation australe. Il suggère qu’un jardin néo-zélandais soit réalisé au bas du vallon du Figuier. La création d’un jardin asiatique est également retenue. Et ce, afin de rendre cohérente la présence, aux alentours du vieux puits, d’un magnifique bosquet de bambous investi par des glycines et des figuiers de Chine. Enfin, un jardin américain subtropical est envisagé parmi les autres. De manière ainsi à éclairer de quelques couleurs le domaine en été, saison durant laquelle les végétaux méditerranéens manifestent peu d’entrain pour fleurir.

Ainsi, ce jardin, « territoire de nature et d’esprit », ne présente pas de collection botanique mais plutôt des jardins d’ambiance dans lesquels les paysages de chaque contrée se retrouvent au sein d’une même mosaïque. Chacun s’inspire directement de paysages réels, naturels, photographiés par les jardiniers explorateurs du Domaine, partis en reconnaissance sur le terrain.


Retour à Hyères au Parc Olbius Riquier en plein cœur de la ville avec son Jardin botanique de 7
hectares planté d'essences rares, labellisé « Jardin Remarquable ». Promenades autour d’un étang, à la découverte des palmiers immenses, des massifs colorés et des plantes exotiques. Il fut une annexe du jardin d’acclimatation de Paris avant de devenir propriété de la Ville de Hyères grâce à Olbius Hippolyte Antoine Riquier.

Pour clôturer cette journée, visite de la Via Olbia, exemple incontournable des jardins secs « autonomes » en milieu public urbain à la pointe de la conception et de la technologie.


Une plongée dans les jardins aquatiques

Pour finir le séjour, le troisième jour fut consacré aux plantes aquatiques avec la visite du jardin aquatique aux fleurs de l’eau à Graveson. Créé par un passionné il y a 20 ans, on découvre des bassins où règne harmonie de la flore et de la faune aquatique, des cascades et des plantes aquatiques.

Voilà, un voyage « dépaysant » pour s’inspirer des multiples possibilités qu’offre la flore méditerranéenne mais à tout concepteur, n’oubliez pas : « la simplicité est la sophistication suprême. » Léonard de Vinci 

vendredi 23 juin 2017

Agroécologie : Former les jardiniers-paysagistes d'aujourd'hui et de demain

Entretien avec Gaétan BELLES : Formateur en Travaux paysagers



"J’interviens comme formateur en travaux paysagers depuis plusieurs années notamment auprès des agents communaux. En prévision de l’application du plan Ecophyto, nous avons mis en place des formations courtes sur les méthodes alternatives aux produits phytosanitaires.

Diminuer l’utilisation des produits chimiques nécessite un changement profond des mentalités dans le secteur paysager. L’un de nos objectifs de formation est de proposer des alternatives en relais des techniques chimiques.

Mettre en œuvre une démarche visant à réduire l’ utilisation de produits chimiques, c’est avant tout une réflexion en amont pour faire du préventif. Cependant, cela implique forcément un accroissement du travail pour faire des espaces verts « propres ». J’amène donc mes stagiaires à repenser la gestion de l’occupation des surfaces enherbées ou végétalisées ainsi que les revêtements de circulation afin de diminuer autant que faire se peut le temps d’entretien.

Dans cette optique, je préconise aussi bien auprès des professionnels des services espaces verts qu’aux futurs jardiniers sur nos formations longues, une conception et une gestion raisonnée vers des aménagements durables peu gourmands en intrants et en entretien. La relation sol-climat-plante est primordiale. Il est donc essentiel d’utiliser des végétaux adaptés au sol et au climat.

En pratique, sur nos chantiers pédagogiques auprès des collectivités territoriales, notamment celle de Narbonne, nous privilégions la taille raisonnée des arbres et arbustes, l’engazonnement respectueux de l’environnement, les mélanges à faible pousse peu gourmand en eau, l’utilisation des paillages, la réalisation de massifs méditerranéens appelés aussi les jardins secs autonomes, la lutte intégrée et l’utilisation des produits de biocontrôle. Toutes ces mesures visent à une réduction conséquente du temps de main d’œuvre nécessaire à l’entretien et une diminution des déchets verts et des maladies et ce dans le respect de la croissance naturelle du végétal."

Enfin, pour réduire le coût des aménagements paysagers, lorsque cela est possible j’encourage mes stagiaires à penser au recyclage (broyat, bois flotté ou cailloux de récupération…) et à privilégier les ressources locales. Ainsi, choisir le paillage minéral dans les carrières à proximité des chantiers paysagers est un bénéfice pour l’économie locale mais aussi une occasion de réduire son empreinte carbone.